English version here

Bonjour chers Dreameurs, venez faire la connaissance d’un Artiste remarquable, vous avez sans doute déjà aperçu l’une de ses créations sur le Dreamiverse. Aujourd’hui, il se livre comme aucun autre, avec sincérité. Il y aura, vous le verrez, également beaucoup d’optimisme dans le message qu’il nous livre généreusement ici. Je tiens donc à le remercier particulièrement et je vous laisse dévorer cet interview.

1/ Comment est-ce que tu te présenterais ? 

J’ai 39 ans, je vis à Manchester au Royaume-Uni mais j’ai grandi dans le Yorkshire.

Mes parents étaient gérants d’un pub quand j’ai grandi. J’ai donc vécu dans quelques endroits du Yorkshire autour de Leeds. Je me rappelle très bien que je pouvais jouer aux flippers autant que je le voulais. Malheureusement, mes parents ont perdu leur pub à cause de la crise des années 90, autrement je serais entrer dans l’affaire familiale en tant que chef puisque j’aime énormément cuisiner.

J’ai abandonné l’idée de faire des études d’art et de design au moment où j’avais besoin d’un job pour gagner de l’argent. Je regrette de ne pas avoir persévéré dans ce domaine pour éventuellement faire des études supérieures mais qui n’a pas de regret dans la vie ?

Une œuvre d’art de l’artiste.

Je travaille actuellement en tant qu’opérateur CAO (conception assistée par ordinateur) pour une grande entreprise d’ingénierie au Royaume-Uni. Nous concevons et fabriquons des machines à sceller les aliments sous vide. Mon rôle est principalement d’usiner les pièces d’aluminium.

Ma petite-amie va donner naissance à notre fille Maya très bientôt , je ne pourrais pas être plus heureux à ce jour.

2/ Comment as-tu connu Dreams, depuis quand es-tu dessus, et qu’aimes tu le plus y faire  ?

J’ai entendu parler du jeu des années avant qu’il sorte, donc j’attendais vivement son arrivée. J’ai joué à quelques opus de LittleBigPlanet et j’ai très vite fait essayé de créer. Mais quand j’ai vu la barre de limitation le bord de l’écran (ouce qu’on appelait le thermo à l’époque), j’ai complètement décroché car je ne voulais pas travailler avec des limites. Je ne sais pas comment étaient ces limites comparées aux thermos de Dreams mais j’avais la sensation qu’il aurait davantage de mémoire dans les créations.

Je suis sur Dreams depuis le premier jour et je peux dire que c’était une aubaine qu’il arrive juste avant le confinement. Je jouais la plupart du temps à Battlefield et je pense que je serais devenu fou si j’étais resté coincé à la maison sans activité créative.

C’est difficile de dire ce que j’apprécie le plus dans Dreams. J’adore créer mais j’aime aussi surfer sur le Dreamiverse. Ce que je préfère, c’est de voir un de mes projets se concrétiser, de ne plus être anxieux ou stressé de ne pas le finir ou de penser qu’il ne sera pas assez bon, puis de voir tous les commentaires que les gens laissent sur la création. La plupart de mes créations ne sont pas beaucoup jouées, mais quelques commentaires très encourageants font que l’effort en valait la peine. Évidemment, j’aime créer sans forcément attendre quelque chose en retour mais ces commentaires aident pour beaucoup.

3/ Tes créations sont de plus en plus époustouflantes et très orientées dans l’histoire vers l’art et les cultures précolombiennes, Aztèques, Olmèques,.. C’est assez passionnant et on vit littéralement ce qui semble être une de tes passions. Peux-tu nous en dire plus à ce sujet ?

Je suis vraiment heureux que tu penses cela ! J’essaye d’améliorer chaque détail sur chaque scène et j’espère que les joueurs le ressentent. Je m’intéresse aux anciennes cultures depuis mon adolescence, mais particulièrement aux Aztèques , Mayas, Incas, etc… Je suis à moitié espagnol et je pense que mon obsession pour les cultures méso-américaines vient de là. J’essaye d’apprendre à connaître ces gens formidables que certains de mes ancêtres ont aidé à massacrer pendant leurs conquêtes. Je trouve l’art aztèque et maya fascinant, presque comme venu d’une autre planète. J’ai fait quelques voyages en Amérique du Sud quelques années auparavant, en commençant par Santiago du Chili, et je suis allé jusqu’au nord en passant par le désert du Pérou. J’ai vu beaucoup d’artefacts incroyables aux musées pendant ce voyage et ça m’a donné envie d’en apprendre plus. J’ai fait la route touristique inca au Pérou, l’architecture de ces murs gigantesques faits de pierres parfaitement taillées est incroyable.

Peu après avoir pris Dreams, il est vite apparu que je n’appréciais pas la logique et que je trouvais cela trop laborieux pour m’y intéresser, mais je pouvais me concentrer sur l’image et peut-être recréer certaines de ces choses extraordinaires qui m’intéressaient. Je suis vraiment très reconnaissant envers MediaMolecule pour cet outil qu’ils nous ont donné et qui nous permet de créer tout ce qui est imaginable.

4/ Beaucoup de tes créations sont tout simplement des petits bijoux, très professionnelles ; Corrige moi si je me trompes, mais il me semble que tu accordes beaucoup d’importance à la mise en scène, autant à la réalisation artistique et visuelle que musicale. Peux tu nous expliquer un peu ton process de création ? De l’idée à l’œuvre finale. De plus, pour en revenir à la question précédente, peux tu nous dire où et comment tu trouves ton inspiration ?

Dieu du Maïs

Mes plus grandes inspirations, en dehors de mes voyages, sont probablement des choses qui se trouvent dans ma maison. Beaucoup de mes sculptures viennent de cadeaux ou de choses que j’ai achetées pendant mes voyages comme le calendrier aztèque, une statue mexicaine du dieu du maïs que j’ai dans ma cuisine, mais viennent également juste de photos que j’ai capturées.

Ma scène Church Mountain vient à la base de la photo des montagnes que j’ai sur mon mur et c’est parti de là.

Church Mountain

Des quelques vidéos de talentueux créateurs comme Sakku que j’ai regardées, je sais que le procédé habituel est de faire une ébauche de sa scène. Pour plusieurs raisons, ce n’est pas l’approche que j’ai choisi. Par exemple, ma scène Cambodia n’était pas prévue du tout. La première phase consistait juste à placer quelques pierres puis j’ai placé la caméra avec quelques images de références pour ensuite trouver un chemin qui me semblait intéressant de par certains points de vues et angles de caméra. Je voulais ensuite ajouter plus de sculptures, aller plus loin avec la caméra, etc… Je prenais les décisions en même temps que je travaillais sur la scène. Peut-être que c’est la mauvaise approche dans la théorie mais cela semble fonctionner pour moi.

En général, quand j’atteins la fin de la scène, j’ajoute autant de détails que nécessaire ou que la scène puisse en supporter en terme de thermo. Enfin, je peaufine la scène grâce au gadget étalonnage et effets (pour la cinquantième fois) avant de la publier. Après la publication, je retourne assez souvent dessus pour l’ajuster toujours un peu plus. J’ai du mal à être sûr de moi mais j’essaye de la rendre aussi travaillée que possible.

Une des choses que j’adore acheter sont les masques. J’en ai quelques uns très beaux du Sri Lanka, d’Afrique et d’Indonésie, j’ai hâte de sculpter certains de ces masques.

5/ Comme je le dis plus haut, la musique semble très importante dans la plupart de tes créations et assez réussie, est-ce lié plus ou moins à ton expérience hors Dreams ou est-ce que tu as commencé la création musicale en même temps que Dreams ?

La musique a une grande place dans ma vie, j’ai découvert le metal pendant mon adolescence grâce à mon frère que je remercie car j’écoutais des musiques vraiment horribles avant ça. J’ai appris la guitare électrique tout seul à 15 ans et j’étais évidemment dans un groupe de metal pendant un certain temps au début de la vingtaine. Je ne sais pas lire une partition mais j’ai appris à jouer du Metallica, Nirvana, Sepultura, etc. avant de commencer à faire mes propres rifts. Mais j’apprécie aussi beaucoup d’autres genres musicaux comme la musique électronique, la musique classique et bien sur la musique tribale. Après m’être familiarisé avec les outils de sculpture dans Dreams, j’ai passé un moment à apprendre le côté vraiment basique de la création audio. J’en ai seulement effleuré la surface mais je ne peux qu’utiliser les instruments proposés et faire quelques pistes. J’ai été aidé par les créations de NihTar, il a quelques bons samples (échantillons de musiques) et de beats, il a réalisé la musique d’une de mes scènes d’Halloween et cela sonne très bien, la scène s’appelle Hell’s Gate si vous voulez y jeter un œil. J’aime vraiment finaliser le visuel de chaque scène car je sais que lorsque je j’ajoute l’ambiance musicale, cela embelli et ajoute de la vie à la scène. Je sais que c’est évident pour certains, mais la différence que la musique apporte dans une scène est importante et j’apprécie cela autant que de créer la scène.

6/ Toujours dans le thème de la musique, tu utilises assez fréquemment des voix d’autres Dreamers dans ton processus de création musicale, peux tu nous expliquer un peu tout ça ? Les voix sont magnifiques, comment arranges-tu tout cela ? Est-ce que tout ou une grande partie est fait in-Dreams ?

La voix dans Church Mountain vient de la musique d’un autre Dreamer créée par l’un de ses amis. Il m’a dit que je pouvais utiliser la voix pour ma musique, je l’ai donc posée dans ma scène et j’ai créé la musique autour de cette voix. Vous pouvez très certainement reconnaître les influences de metal dans les tambours assez lourds qui se déclenchent à mi-chemin de la piste. J’adore le death metal donc j’essaye de placer des « heavy drums » partout où je peux. Le metal a beaucoup de similitudes avec la musique classique, c’est probablement pour cela que j’ai pensé qu’une voix féminine fonctionnerait vraiment bien pour créer cette atmosphère dans une scène dramatique. Même pas besoin de paroles, seules quelques harmonies peuvent apporter une grande dose de sensations dans une scène.

Après Church Mountain, j’ai su que les voix apporteraient beaucoup à Cambodia. J’ai donc cherché un interprète cambodgien mais c’était compliqué d’en trouver un. Puis ma femme m’a montré une vidéo sur YouTube, c’était « The Shamanic Music Acr, Olox » dans l’émission Americas Got Talent (https://youtu.be/NA2ujyz4BrM). Cela sonnait incroyablement bien, un style vocal vraiment unique. Je me suis donc dit : « D’accord, je vais lui envoyer un e-mail, j’ai rien à perdre. » Je n’ai pas eu de nouvelles pendant deux ou trois semaines, et j’ai été surpris d’avoir une réponse de sa part, elle était intéressée par mes créations. Je lui ai donc envoyé un lien vers Church Mountain et la progression de Cambodia. Et j’ai été émerveillé d’apprendre qu’elle acceptait d’enregistrer quelques voix pour moi ! Je n’avais pas encore commencé la musique à ce moment, elle a donc chanté en se basant sur les visuels de la scène puis elle m’a tout envoyé. Et comme pour Church Mountain, je les ai mises dans la scène pour ensuite créer la musique autour de sa voix.

Nous étions tous les deux très heureux du résultat, et nous avons une autre scène basée sur sa patrie, l’Arctique de Sibérie. Je suis vraiment aux anges de pouvoir la compter comme collaboratrice.

7/ Nous pouvons voir que tu aimes partager tes propres assets, mais également utiliser ceux de la communauté comme dernièrement avec la libellule d’un autre Artiste remarquable (Juliogrr). Est-ce que des collaborations plus poussées ou autres projets sont prévus dans le futur ?

Un GRAND merci à Julio pour la libellule. J’étais à deux ou trois semaines de finir Cambodia quand il a sorti Camille the Chameleon. Avant ça, j’ai cherché une libellule sur le Dreamiverse mais je n’en trouvais pas une qui me plaisait. Je lui ai donc envoyé un message et il m’a gentiment dit qu’il me laisserait l’utiliser. Je n’imagine pas la scène sans, le timing était parfait. Merci également à Adam Clarke pour la statue de la Déesse de la Danse. J’ai aperçu sa sculpture VR d’une forme humaine sur Twitter donc j’ai su qu’il pourrait facilement sculpter une statue cambodgienne typique, ce que j’aurais eu du mal à faire. J’ai fait quelques sculptures de têtes mais je ne suis pas confiant à l’idée de dessiner le corps humain.

La fameuse libellule de Juliogrr

En ce qui concerne les projets futurs, comme je te l’ai dit, j’aimerais faire un musée dans Dreams qui regrouperait d’anciens artefacts pour regrouper tous les assets mais aussi ta récente sculpture, l’arme Aztèque. Je pense que ce projet sera très bien en VR mais je vais faire en sorte que ce soit disponible également sur écran. Une autre chose que je peux dévoiler et qui découle de mon travail avec Zarina du groupe Olox, c’est qu’un producteur de films à Los Angeles serait intéressé par mon travail dans Dreams. Je n’ai aucune idée de ce sur quoi cela pourrait découler mais je peux dire que je suis vraiment excité depuis. Établir ce genre de connexions me donne l’espoir qu’un jour, si j’obtiens la permission à travers la « Dreams Bêta Evaluation », je pourrais vivre de ma créativité, c’est une chance que je n’ai jamais eue.

8/ Nous commençons un peu à connaître ton art et ce que tu sembles aimer faire. Mais comme pour beaucoup d’artistes qui sont sur Dreams, tu as peu être d’autres ambitions. Comment appréhende tu Dreams ? quelle place cela prends t’il dans ta vie aujourd’hui et qu’en attends tu pour demain ?

Eh bien, comme dit au-dessus, j’ai l’intention de m’inscrire à la « Dreams Bêta Evaluation » très prochainement. Je n’ai aucun intérêt pour d’autres plateformes comme Blender puisque que je déteste les ordinateurs. Et je sais que, juste en lisant Martin Nebelong en parler sur Twitter, Dreams est la plus accessible des plateformes de création disponibles aujourd’hui. Je suis donc 100% engagé à améliorer mon travail dans Dreams, même si cela devait rester un loisir. J’ai toujours eu une part de créativité, j’aimais dessiner et peindre, de même pour la musique et autres, donc ma vie a littéralement changé pour le mieux depuis que Dreams est sorti. Être capable d’avoir une idée, d’allumer la Playstation 4 et de pouvoir donner vie à cette idée était incroyable et ce n’est que le commencement. J’ai hâte d’être père, moi et ma petite-amie aimons la nature et allons avoir une tonne d’aventures là dehors avec notre fille Maya. Quand elle sera assez âgée, j’espère que nous créerons des choses sur Dreams tous ensembles.

9/ Est-ce que tu utilise d’autres logiciels de création en dehors de DREAMS ? Quels sont-ils  et qu’apporte DREAMS en plus par rapport à ces logiciels ?

Comme précédemment, non, je ne suis pas un fan de technologies et c’est d’ailleurs pourquoi je n’ai pas d’ordinateur depuis plus de dix ans. Dreams me donne tout ce dont j’ai besoin dans mon voyage créatif.

10/ Tout aussi important, qu’est-ce que tu aimerais voir changer sur Dreams ? Y a-t-il quelque chose, dans ce jeu/plateforme qui t’embête ou t’énerve quand tu y penses ?

Question difficile. La seule chose négative qui m’est arrivée était que je ne pouvais pas publier un rêve, peu de temps après la sortie du jeu, à cause d’un problème d’élément privé. Mais cela était sans doute de ma faute à cause de la manière dont j’utilisais Dreams. Également, une chose évidente mais qui est plus compliquée, serait de donner à tous les Dreamers la permission de monétiser leur travail, tant qu’ils n’enfreignent pas les règles de copyright d’aucune sorte.

11/ Qui sont les artistes qui t’inspirent le plus hors Dreams et in-Dreams ? As-tu des recommandations pour la communauté et les personnes qui pourraient te lire ?

Mes plus grandes influences et personnes qui m’ont aidé ont été Martin Nebelong, InkThinLine, (Shandyboy1975) Sakkusmind, Nihtar, Adam Clarke (thecommonpeople) et aussi JPlusb pour toutes les questions que je lui ai posées sur Dreams. Et bien sur TapGiles , qui a répondu à toutes mes questions sur Dreams. Merci beaucoup également à tous ceux qui me lisent et aiment ce que je fais, je ne serai jamais capable de faire un jeu vidéo mais j’espère que je pourrai continuer à créer de belles scènes sur la nature et les cultures anciennes pour votre plaisir.

Un petit mot pour la fin ?

Continuez à rêver