6H, à peine réveillé dans un train bondé, peut-être pas totalement réveillé. Je regarde à travers la vitre pour apercevoir la gare d’arrivée ; mais un autre spectacle se révèle à mes yeux, plus désastreux : ma bouille. Ni une ni deux je me débarbouille : vêtements, coiffure etc rien de compliqué, mais je me sens renaître. L’année prochaine je ferai un effort, si Mm le veut bien.
En parlant du loup, il pointe le bout de sa queue : me voilà arrivé.

Après un éditeur de personnage sommaire mais sympathique, me voici au hall de gare.
Au loin, le nom de la raison de ma venue, DreamsCom, le grand salon annuel de Media Molecule (Mm). Chaque année y sont rassemblés les stands de créateurs de par le monde, tous inspirés et créés par le logiciel Dreams. Sans prêter attention au magasin de souvenirs, (oh, un porte-clé Connie ! ) et sans s’arrêter à l’accueil, je me dirige vers l’entrée du salon et passe le vigile.

Me voici enfin rentré dans le salon.
Un premier choix cornélien m’est imposé à l’entrée… Escalators ou toboggan ? Non je rigole, le toboggan évidemment !
Ici au hall Mm se trouvent les stands des productions qui nous, moi et l’équipe, nous ont mit des étoiles plein les yeux : Ancient Dangers ,Tren et enfin Megapenguin, oui ! Toute l’équipe est dingue de ce pingouin, croyez-moi sur parole… juste qu’ils ne l’ont toujours pas avoué.

Enfin bref, la qualité de ces stands est égale à celle de la présentation des titres correspondants que Patof a bien résumé ici :
https://infinidreams.com/tren-et-ancient-dangers-une-nouvelle-gamme-mm-originals/

Je ne m’attarderai donc pas dessus, mais soyez sûrs que ces titres seront joués par votre serviteur. Maintenant, il ne reste plus qu’a réellement commencer la visite des stands.  47 halls, 6 stands par hall… inutile de vous dire que je vous parlerai seulement de mes préférés, mais avant cela il faut se jeter dedans, littéralement.

Après une chute vertigineuse me voici arrivé aux halls, la première chose que je remarque à travers mon parcours des stands est leur diversité. Créés par débutants et connaisseurs du logiciel, tous son mélangés ensemble et on y voit l’écart d’expérience à travers un même halle, plus incroyable encore quand on voit le résultat de leur effort alors que seul 10% de thermo était autorisé. Cette diversité ne s’arrête pas là : on le voit au thème de leurs créateurs, publicités pour leur projet, musiques ou simplement des stands au thème d’un véritable festival avec ses restaurants et ses magasins de goodies qui feraient rougir les véritables articles vendus par Media Molecule sur leur site officiel. Comment désigner seulement une poignée de stands dans un article ?

Très tôt je reconnus un visage familier. Julio !
« Qu’est-ce que tu regardes ? » Debout, le regard fixe devant un monolithe et la bave au coin de la bouche, il ne répondit pas, tel l’un des singes de l’odyssée de l’espace, sa fascination était un virus contagieux. Ce stand sans nom créé par WavesAtNight ne présente qu’un monolith aux dimensions parfaites et recouvert d’une nature qu’on pourrait difficilement appeler en bonne santé; une écriture qui m’était étrangère, (ET je ne parle évidemment pas de l’anglais), était gravée à sa face. Je n’entendis qu’un « une beauté » de la bouche de Julio. Je décidai de la regarder également.

Au bout de quelques secondes, une chose étrange arriva : une entité noire apparut, petite comme une fée mais aux cornes singulières. Elle s’éleva d’abord avant de redescendre et disparaître.
Bizarre, n’est-ce pas Jul… disparu. Julio n’était plus là et, horreur, midi arrivé je devais me dépêcher. Toute cette histoire ne pouvait vouloir dire qu’une chose : ce stand doit être le coup de cœur de Julio, sa disparition étant seulement due à une envie fringale. Il finira par réapparaître.

Arrivé vers le hall 4, un stand attire mon œil. En réalité, ces étages regorgent de perles dont on pourrait parler mais celui-ci m’a attiré par son personnage simpliste. J’adore ce genre de personnage qui me fait toujours penser aux anciennes mascottes par leur simplicité captant la sympathie. Gatekeepers de Blaccsheep92 : le stand de pierre et cristaux avec un personnage en très grand plan dans le décor n’est pas ce que j’ai vu de plus technique, il est tout est en simplicité.

En son centre, un piédestal naturel avec assis dessus un personnage de taille convenable, endormi. En m’approchant, celui-ci se réveille et, heureux de voir du monde, se précipite vers moi et me pose une question certes en une langue que j’ai du mal à saisir, mais dont je comprends le contenu : est-ce que je suis intéressé par les aventures de RPG ? Sur quoi je réponds oui, évidemment. Celui-ci, rayonnant, m’invite à essayer la démo de son titre, chose que je ferai volontiers, une fois le tour des stands terminé. Je quitte donc ce petit homme à l’apparence de génie et continue ma visite avec sa bouille d’arlequin en tête.

Ah, quoi de mieux  qu’une petite pause : à peine commencé et je me dois de casser la graine. Et quoi de mieux que ce petit restaurant dans le hall 6, chez cheekiiBoom on est bien servi. Au loin, on voit et entend un homme faire son discours, digne d’un discours présidentiel : un certain MrCaseyJones. Hum, bien bavard… je décide de continuer mon chemin, néanmoins entre le restaurant et Jones, un stand attire mon œil…

Topher thebes and the enchanted crystal… Remastered ! Eh bien, si le « remastered » n’est point signe de qualité sur un titre, qu’on me le dise ! Je tacle mais néanmoins celui-ci est vraiment très beau, avec ses immenses statues, ses roses violettes à l’œil qui nous suit du regard et surtout ce jeune garçon qui s’amuse à cache-cache un bref temps pour rendre aussi ce stand un peu ludique. Je ne connais pas ce titre mais j’irai tester tout ça plus tard… tant de temps est passé et même pas 20% des stands visités.

Il faut augmenter la cadence. C’est pour cela qu’après avoir été dans un super château gonflable, avoir fait un rodéo non pas sur un taureau mais une moto mécanique, avoir fait 40 mille photos et inspecté tous les stands, je me précipite vers la boutique souvenir de Deh Plushies Toys & café (YahDeh), probablement la plus belle boutique de la DreamsCom. Ces peluches de poissons et divers animaux marins, ces friandises Do(g)nutte  et bien sûr ces vendeurs Shiba feront fondre votre cœur… et votre portefeuille au passage. Une dernière photo avec les pâtisseries géantes en forme de poisson et tortue et je quitte la boutique, me faisant dépasser les dix premiers halls. 60 Stands visités, plus que 222 stands. Courage !

Photos souvenirs 1

En continuant mon périple, je remarque une chose : pratiquement tout le monde a joué le jeu de l’accessibilité. Tous les stands son en anglais, j’aurais pensé une certaine diversité de langage mais néanmoins tous les créateurs on fait l’effort de la compréhension par le plus grand nombre. Une bonne chose qui hélas me chagrine par ma méconnaissance du langage, je me sens un peu balourd à ne pouvoir comprendre les messages laissés par les créateurs. Mais cette solitude n’est que de courte durée, car ces dix étages sont sous le signe de notre communauté française. En premier lieu, c’est le stand de Nebulbot que j’aperçois en premier, on le voit de loin son stand avec ces magnifiques affiches maya. En observant de plus près, je reconnais une arme bien familière, tout droit sorti d’un speed create sur le thème des armes :

Plus loin, se trouve notre stand : celui de l’équipe d’infinidreams que BlackBelt35 nous présente via cet article : https://infinidreams.com/dreamscom-2021-presentation-du-stand-infinidreams/
Ah, que de plaisir d’enfin de lire une langue qui n’est pas du charabia ! Entendant et voyant la civilisation, la vraie, je me pose et écoute la musique « Le tapis magique  » pour me donner du courage, car le plus dur m’attend.

En avançant, un bruit arrive à mes oreilles : un coup de frein et des pneus qui crissent ne peuvent signifier qu’une chose : il y a des véhicules de course pas loin ! Arrivé devant Kart-n-crafts par PieceOfCraft, mon cœur s’affole : un jeu de kart tout mignon qui cache en réalité une lutte sanglante sur des terrains loufoques. Ce stand cartoonesque a toute ma sympathie. On peut y deviner ses intentions avec ses assets : des bolides miniatures, des objets divers sur les étagères qui seront probablement utilisables en course. Comme disait un célèbre narrateur, on sent qu’il va y avoir du rififi sur le circuit ! C’est une phrase que je répète mais je le dis, je compte bien suivre ce créateur de près. (Feu, partez !)

Plus loin, je vois un autre stand au thème nautique, Into The Darkness par Scarybiscuit. Un superbe stand ayant mis à l’honneur les tréfonds d’une ville portuaire. L’effet aquatique est très bien respecté et une fois plongé dedans, on se croirait 20000 Lieux sous les Mers. Mais le plus intéressant est le Red Explorer un bateau coulé au même titre que la carcasse d’une étrange créature : est-ce une baleine ? Un monstre ? Que de mystères que j’ai hâte d’élucider une fois ce projet abouti. Néanmoins on n’est pas là pour ça, aujourd’hui seuls les stands sont à l’honneur et celui-ci fait partie de mes coups de cœur.

Photos souvenirs 2

Arrivé au hall 21, le premier stand, Art par FuchsFeuer82, m’en a immédiatement mis plein les yeux. De prime abord, cela ressemble à un simple stand de tableaux, mais en quelques secondes un autre spectacle nous est dévoilé : un visage fait de peintures apparaît petit à petit en 3 dimensions. Je regrette seulement que cette animation soit en boucle et que le rendu final disparaisse trop vite pour nous laisser observer la création de plus près. Une belle œuvre d’art de FuchsFeuer82.

En parlant lard, je reconnus un visage familier dans un stand animé par un crieur public déguisé en ananas : celui du héros bien connu Pig Detective. Pig Detective, pour le présenter, est un héros de jeu Dreams qui n’a pas moins de 3 jeux à son actif, dont le troisième a impressionné par sa réalisation léchée. La venue d’un quatrième épisode n’apporte donc que du bon.
Mais le stand n’est pas en reste : Pig Detective  & The Beast of Boffington, en plus d’un décor intéressant rappelant la façade d’un manoir, propose un jeu du labyrinthe qui rend le tout ludique, avec à la fin un score qu’on peut enregistrer en compagnie de Pig Detective ! … enfin seulement une image grandeur nature de lui.

C’est également vers ces halls que je vis plusieurs membres d’Infinidreams s’agglutiner devant un écran 16K avec son thx Dolby system quadri-phoni digital laser. Curieux, je suis allé voir ce que Chevalier, Moufflar et Elfiooh regardaient. C’était une production de Oiseaux sans Ciel, créée par DoublePouch.

Chevalier :

Je marchais tranquillement dans le hall quand je découvris le stand de PounchPounch, un véritable mini cinema 3D. Magistral ! Avec des animations chiadées et une mise en scène cinématographique… Bref, c’est ma claque Dreamscom21 et elle est Made in France !

Suivi de Elfiooh qui ajouta :

Stand cinématique avec une animation très soignée et professionnelle. Un personnage auquel on s’attache déjà par le comique de la situation. Ça donne envie d’en voir plus !

Je regardais Mouflarr pour voir si il avait autre chose à ajouter, mais il semblait ne nous écouter que d’une oreille. Il se tourna et vit mon regard, rapidement il tilta et répondit :

Oh tout comme les deux autres gus, réussir une cinématique aussi bien exécuter avec seulement 10%, chapeau !

Et toi pour coup, tu en penses quoi ?

Mes trois compères me regardèrent en attendant une réponse. Hum et bien comme vous, belle cinématique, impressionnante vu le thermo de 10% exigé et surtout, le héros raton laveur a une bonne tête !
Une grimace se dessinait sur leur visage : un raton laveur ?
« Non, mais c’est un robot. »
Ah … je dois y aller beaucoup de stands m’attendent. Honteux, je m’enfuis sous les ricanements de mes pairs.

Photos souvenirs 3

Ah, la fin de la journée approche, la fatigue est là et la fin des halls aussi. Tellement de choses à voir et à dire, mais si peu de choses qu’on peut retenir en seulement 10 stands…

Les halles et les stands se succèdent. Arrivé plus loin, je vois une immense boîte noire. Le nom ne semble pas présent, néanmoins les points d’interrogation sur le haut seront parfaits pour le nommé ?????? de Elfiooh. Il est présenté comme une immense boîte noire dont la seule fenêtre semble être l’unique entrée. Je décide donc de jouer avec les caisses de banane du stand d’en face. En jouant gaiement avec, je vois une caisse trembler et de léger murmures y résonner.
Je reconnus la voix : « Romik c’est toi ? Bah, qu’est-ce qui t’arrive ? »
Romik a visité le stand de Elfiooh, qu’il a adoré au point d’être son favori, mais les histoires narratives lui on fichu la pétoche et maintenant, il refuse de sortir de la boîte.

Cela m’ intriguant, je repartis en direction de la boîte noire. En son centre, un piédestal attend qu’on l’active, chose faite immédiatement. Après cela, quatre autres piédestaux surgissent, mais cette fois-ci, ils allument une TV une fois activés. Nulle image, seule la narration des voix résonne dans l’espace noir. Je ne rentrerai pas dans les détails de ces histoires, néanmoins il faut saluer la mise en scène de celles-ci, toutes les voix étant en français sous-titré en anglais.  En sortant, le nom du stand se révéla : les « ?????? » devinrent Soniryx. Après cette révélation, je décidai de rejoindre Romik dans sa boîte.

Après que la sécurité nous ait expulsé des boîtes, je continue mon bonhomme de chemin. Cette fois, c’est au tour de Cyberlife de Aevox23 d’attirer mon attention. J’aime beaucoup la réalisation de la scène et même si j’ai du mal à voir le côté cyberpunk de l’œuvre, (cela pourrait se passer en Seine-Saint-Denis que cela ne m’étonnerait pas), il est indéniable que la scène est bien agencée, les personnages bien foutus et cela de même pour les assets. Il lui manque juste un côté plus » vivant » et il aurait pu être parfait. Néanmoins il n’a pas a rougir, c’est un stand très intéressant.

Le dernier stand qui nous intéressera sera celui de SurvivEscape de LzyLdy, un stand qui semble simpliste de prime abord avec un unique tronc d’arbres et des fleurs à collecter. Mais une fois celles-ci en notre possession, voilà qu’un repaire se forme autour de nous, fait de pierre et de terre. Une barre avec quelques tâches indiquées apparaît et nous devons utiliser les fleurs récupérées plus tôt. Il est probable que cela soit un jeu de survie et j’ai beaucoup apprécié cette présentation, la transformation de l’environnement était un peu grossière mais étonnante.

Photos souvenirs 4

Voilà qui termine mon tour des stands de la DreamsCom 21. Que dire de tout cela ? Il est vrai que je n’en ai pas abordé tellement, beaucoup de stands auraient vraiment mérité plus de lumière sur eux. Il n’a pas été simple de choisir uniquement 10 stands parmi ces nombreux exposants. A l’inverse de l’année dernière où je n’ai pas spécialement pris le temps de participer à la DreamsCom, principalement par manque d’envie, il est vrai que cette année m’a motivé à attendre avec impatience l’année prochaine et les (je le souhaite) nombreux nouveaux exposants.

Sur ces bonnes paroles je vous souhaite une bonne nouvelle année à passer sur Dreams et vous donne rendez-vous pour la DreamsCom 22 !