Les meme sont à l’image du contenu que l’on mange sur Dreams. Du contenu très rapide, longueur réduite et de l’action directe. Et surtout dire tout haut ce que l’on pense tout bas, voire parler de tabou.-

A la sortie de Dreams (Janvier-Février 2020), les meme étaient légions, on pouvait en voir quasiment tout les jours en tendance, au dépit d’autres créations qui auraient peut-être aimé être en lumière.-
Le format de navigation de Dreams avait-il été pensé comme cela? Etait-ce volontairement que Dreams possède et met en avant des formats courts, se rapprochant des gags ? On voit ça dans cet édito.-

Les meme & les jumpscares : l’impact brut

A la sortie de Dreams, l’outil de création n’était pas si populaire. Beaucoup de Dreamers et de Streamers se sont tournés vers la partie « Exploration », laissant de côté l’adaptation au moteur physique et logique de Dreams.-
En conséquence, cette grosse diffusion de la partie « Exploration » de Dreams a motivé la plupart des Dreamers à vite concevoir des créations qui soient impactantes, quitte à faire des Kameo de licences connues et des cross-over d’univers existants.-

C’est comme ça qu’on a pu avoir la petite histoire de Wario qui revit son passé traumatique de soldat au Vietnam, ou encore Wallace & Gromit avec un M16 qui rencontre Mickey et Rick & Morty dans la même narration.-

Wario has a war flashback

Ces créations ont un équilibre difficile entre amusement & immersion, certains y trouveront un plaisir net car il ne prendront pas la chose au sérieux, en revanche les joueurs qui cherchent de l’immersion en sortiront déçus.-

C’est bel et bien ce qui a été comme une pandémie sur Dreams, pendant plusieurs semaines, en parallèle de la pandémie mondiale : la course au meme était un concours pour le plaisir des uns et la patience des autres.-

Beaucoup de jeux d’horreur ont également été réalisés, reposant sur le système de Five Night at Freddy’s, les jumpscares étant le coeur principal du développement, encore une fois tout le public n’y trouve pas son compte, mais il y a un public pour tout.-

Les messages & l’immersion: l’art se créé avec patience

Depuis la mise à jour ajoutant l’import audio depuis le PC, on retrouve une réelle envie de la part de Media Molecule d’encourager les créateurs de contenus à créer des univers passionnants ainsi qu’à développer une narration et une trame qui permet de tenir le joueur au-delà des trente minutes de jeu moyen que peut généralement s’offrir un joueur sur une création du Dreamiverse. –

À la manière de la plateforme YouTube, l’idée est de fidéliser de plus en plus l’audience et de dépasser le temps de visionnage moyen.-

Avec la mise à jour 2.36, c’est une refonte totale de l’espace de navigation de l’écran de création qui arrive.- Le social est complètement revisité afin de pouvoir joindre des Dreamers qualifiés plus facilement (connectés, à haut niveau, spécialisé dans une aura) et ainsi parvenir à acheminer un rêve amibitieux vers son éclosion. Et pour les genres les plus difficiles à démarrer avec un point d’ancrage et une fondation saine, cette mise à jour 2.36 offre une énorme base de templates sur les genres d’exploration de donjons et de jeux conçus en 2D.- (Castlevania, Metroidvania)

La plateforme Dreams s’est diluée au fur et à mesure des années et aujourd’hui son avenir est encore plein de possibilités, aura t’elle l’impact et l’endurance pour nous faire rêver pour toujours?